Nous voilà à Diyarbakir. Depuis une dizaine d'années, notre ami d'Istanbul, Fikret, natif de cette ville, nous conseillait de visiter Diyarbakir. Après un voyage sans histoire en provenance de Mardin, à "l'Otogar", nous prenons un taxi pour rejoindre notre hôtel qui se situe à l'intérieur des remparts. Comme souvent, nous posons notre valise, une bonne douche et tout de suite nous partons visiter la ville. En ce milieu du mois de juin, la température est encore supportable 35° ... en juillet ou août elle peut dépasser les 45° ! Donc premier conseil, si vous voulez découvrir le Sud-Est de la Turquie, il faut éviter les grosses chaleurs

023

DIYARBAKIR
Cette ville s'élève au-dessus de la rive droite du fleuve Tigre
(Dicle), au nord de la plaine mésopotamienne.
Diyarbakir est surnommée "la Noire" car ses remparts et une grande partie de la ville sont construits avec une pierre noire, le basalte.
Cette ville de plus de 1,5 million d'habitants est la ville la plus peuplée du Sud-Est de la Turquie. Une population à majorité kurde.
Le coeur de la ville, à l'intérieur des remparts ... et tout autour des grands ensembles et aussi des maisons construites de bric et broc.
La population a explosé à Diyarbakir avec la venue de villageois suite au conflit indépendantiste qui secoue cette région de la Turquie depuis de nombreuses années.
Pendant notre séjour de deux jours à Diyarbakir, nous n'avons pas connu de problème. A l'intérieur des remparts, la tranquilité, dès que l'on s'approche des remparts où à l'extérieur de ceux-ci, on s'aperçoit que le niveau de vie est bien en dessus de l'Ouest de la Turquie.
Beaucoup d'enfants s'approchent de vous ... étonnés de voir des touristes (en deux jours, nous avons rencontrés cinq touristes ... sans doute les seuls à ce moment là à Diyarbakir, encore que sur les cinq, un Américain, un Allemand, notre Français rencontré à d'Hasankeyf et deux Danois qui font leurs études à ... Ankara).
Même si vous aimez les contacts comme nous, évitez de répondre à la sollicitation d'un gamin ... si vous donnez une pièce ou simplement une photo ... vous vous retrouvez immédiatement avec des dizaines de gamins ... même sans rien donner ... ils vous suivent pendant un bon moment.
L'intervention d'un adulte du pays ... est quelquefois utile pour retrouver un peu de tranquilité ... pour la visite le long des remparts, en particulier ...
Cette ville souffre du conflit, une ville un peu fermée sur elle même, l'absence de touristes ... et pourtant Diyarbakir et la région méritent d'être connus. Un autre aspect de la Turquie.

Les premières vues :

013
Nous quittons l'hôtel et apercevons l'une des portes des remparts

005
Le début de la rue principale à l'intérieur des remparts "Gazi Caddesi"

014
Les guides de voyage consacrent peu de lignes à Diyarbakir ... et souvent on présente la ville comme une ville noire du faite de la couleur des murs ... et premier étonnement, l'artère principale est très agréable

006

018
Bizarre des maisons au-dessus de l'immeuble

001
Le long d'une mosquée, des vendeurs

017
La prière à l'extérieur de la mosquée

002
Nous sommes vendredi, sortie d'une mosquée

016
Vendeur de simits

015
Boulangerie-patisserie